Journée de la terre

Cet ouvrage peut contribuer à faire prendre conscience de l’intérêt que nous avons à défendre l’environnement de notre île, si belle et si fragile 

la vie au fil des temps

« La vie au fil des temps » est un roman d’anticipation dans lequel l’histoire se déroule dans le futur. Dans la deuxième partie de cet ouvrage, la Guadeloupe attend un nouvel ouragan annoncé comme dévastateur et Taali, le héros de cette aventure, de plus en plus inquiet pour le devenir de son île, s’éloigne pour méditer. Il s’installe au pied d’un gigantesque gommier blanc et est mystérieusement transporté en rêve plusieurs siècles plus loin. Il se retrouve à l’antre de Kòlbo où les habitants sont forcés de vivre sous terre pour survivre. En tant qu’homme du passé il est jugé par les hommes du futur qui l’accusent d’être responsable de ce qui leur arrive…

Extraits:

… Il finissait de manger lorsqu’on vint le chercher pour l’emmener à la maison communautaire où le conseil était déjà réuni. Aux six membres permanents, s’étaient ajoutés six sujets des archivages. La table avait été retirée et les douze personnes qui siégeaient étaient assises à même le sol dans la position du lotus. On installa Taali au centre du cercle et on laissa s’écouler un long moment pendant lequel la salle fut envahie par un silence qui pesa lourdement sur la conscience de l’homme qui allait être jugé.

Lorsque le plus jeune membre de l’assemblée prit la parole, sa voix résonna dans la pièce comme le roulement d’un tambour. Ce fut ensuite un martèlement ininterrompu de mots qui faisaient vibrer le cœur du pauvre homme jusqu’à le rendre complètement mou.

- J’aurais tant aimé courir dans les bois et m’enivrer d’une pluie de chants d’oiseaux.

- J’aurais tant aimé admirer des fleurs au réveil lorsqu’elles gouttent leur trop plein de rosée.

-  J’aurais tant aimé voir les cocotiers aux feuilles frisées, frémir sous la brise crépusculaire.

-  J’aurais tant aimé m’asseoir sur le bord de la rivière pour écouter chanter l’eau qui s’écoule avec nonchalance.

-  J’aurais tant aimé entendre, au lever du jour, le chant du coq appeler le village au réveil.

-  J’aurais tant aimé humer un bouquet de senteurs qu’exhale  la terre sous les caresses du soleil levant.

-  J’aurais tant aimé voir le soleil couchant étendre sur la montagne son voile tissé de fils d’or.

-  J’aurais tant aimé m’étendre sur une plage puis m’abandonner aux caresses et aux romances de la mer langoureuse.

-  J’aurais tant aimé m’allonger dans un sous-bois pour voir les premiers rayons de soleil crever la feuillée et se révéler à travers la brume matinale.

-  J’aurais tant aimé m’envoler avec une nuée de papillons présentant tout un éventail de couleurs, jusqu’à devenir moi-même papillon.

-  J’aurais tant aimé nager avec un banc de poissons revêtus de paillettes d’argent jusqu’à devenir moi-même poisson.

-  J’aurais tant aimé forcer le paradis terrestre pour me rassasier de fruits défendus.

             Les douze avaient exprimé leur vœu et Douhala avait été le dernier à parler. Taali, complètement bouleversé, avait encore suffisamment de lucidité pour se demander comment ces gens de leur tombeau pouvaient avoir des mots et des émotions aussi forts sur ce qu’ils n’avaient point connu…

Taali revint de ce rêve complètement bouleversé et comprit qu’il était urgent et vital de défendre le futur, maintenant.

Ce livre est disponible chez l’éditeur : Editions Nestor

Publié dans : 2 Evenementiel |le 23 avril, 2019 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

PLAISIR DE LIRE , DESIR D'E... |
Histoires, contes, nouvelles |
DEMBELE MOUSSA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amazonelibre
| Poèmes, citations, toutes m...
| Poèmes, muse